metro.paris

metro.paris n’est pas optimisé pour mobile

Entrez votre adresse mail pour être sûr de retrouver le programme plus tard, en un clic, sur tablette ou ordinateur

Commencez la visite
Le site metro.paris utilise la fonctionnalité sessionStorage. Les adresses et lieux renseignés par l’utilisateur, pour lui permettre d’obtenir les informations sollicitées, sont gardés en mémoire sur le terminal que vous utilisez et durant la session de consultation exclusivement.

Localisez les lieux incontournables de Paris accessibles en métro et découvrez la richesse du patrimoine RATP.

Commencez la visite
{{selectedItem.value}}
Le service de recherche d'itinéraires est indisponible pour le moment.
Indiquez une adresse ou un lieu à Paris
{{firstStep.stationName}}
{{lastStep.stationName}}
{{duration}} min
{{step.stationName}}
Direction {{step.directionName}}

{{duration}} min Itinéraire en métro simplifié sans prise en compte des perturbations

{{data.getDestinationPlace().title}}
{{data.getDestinationPlace().subtitle}}
{{unParisize(selectedItem.value)}}
Trouver l'itinéraire en Métro

metro.paris

{{data.getSelectedRootTheme().title}}
{{data.getSelectedRootTheme().date}}
En savoir plus

Station Franklin Roosevelt

Gemmaux et merveilles

Picasso, Degas et Cézanne s’exposent à la station Franklin D. Roosevelt dans un écrin de verre émaillé et rétro-éclairé : le gemmail.

Connaissez-vous le gemmail ? Le terme est né bien avant l’Internet, de la contraction de deux mots : gemme (pierre précieuse) et émail (qui fixe des fragments de verre). Entre le vitrail et la peinture, cette technique consiste à assembler des fragments de verre, grâce à un liant tenu secret, pour produire des tableaux qui sont ensuite émaillés au four. Une boîte lumineuse permet d’éclairer l’œuvre ainsi réalisée. 

Cette technique a été découverte par le peintre Jean Crotti (1878-1958) et le physicien Roger Malherbe Navarre (1908-2006) en 1935. 
Mais ce n’est que dans les années 1950 qu’elle fait sensation, avec la création à New York par les deux artistes de la première œuvre en gemmail. Picasso, Braque et Cocteau, conquis, célèbrent ce procédé nouveau « qui donne chair à la lumière ». Le président Pinay vient même rendre visite aux gemmistes dans leur atelier avec Nelson Rockefeller et Eleanor Roosevelt… 

Il paraît donc logique de consacrer à cet art alors naissant la station Franklin D. Roosevelt, qui accueille en 1957 sur une commande d’André Malraux à Roger Malherbe Navarre plusieurs gemmaux reproduisant des œuvres emblématiques de la peinture contemporaine. Lors de la rénovation de la station en 2007-2009, cette installation a été déposée, mais l’on peut encore voir dans la salle des billets depuis 2011 trois œuvres majeures, elles aussi restaurées : « Miroir et guitare », d’après Picasso, « Les Danseuses » d’après Degas, et le « Vase de fleurs » d’après Cézanne.

Jean Crotti 
Jean Crotti est un peintre français né en 1878. Influencé par le cubisme, le dadaïsme et l’orphisme il épouse la peintre Suzanne Duchamp, sœur de l’artiste Marcel Duchamp avec laquelle il crée un mouvement artistique à la fois dadaïste et mystique : Tabu-Dada. Fasciné par la lumière, il invente avec l’aide du physicien Roger Malherbe Navarre, qui est aussi son élève, le gemmail. Il meurt à Paris en 1958.

Roger Malherbe Navarre
Né en 1908, Roger Malherbe Navarre est physicien, expert en lumière. Il rencontre Jean Crotti en 1935 et l’aide à perfectionner la technique du gemmail de façon que la colle utilisée pour les fragments de verre soit totalement invisible. Il est aussi à l’origine de la boîte de métal qui encadre l’œuvre, permettant l’éclairage du tableau à travers la paroi épaisse du gemmail avec des lampes fluorescentes. Après la mort de Crotti en 1958, il poursuit son œuvre et celle de l’atelier de gemmistes qu’ils avaient créé. Roger Malherbe s’éteint en 2006, à 98 ans.

Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi