metro.paris

metro.paris n’est pas optimisé pour mobile

Entrez votre adresse mail pour être sûr de retrouver le programme plus tard, en un clic, sur tablette ou ordinateur

Commencez la visite
Le site metro.paris utilise la fonctionnalité sessionStorage. Les adresses et lieux renseignés par l’utilisateur, pour lui permettre d’obtenir les informations sollicitées, sont gardés en mémoire sur le terminal que vous utilisez et durant la session de consultation exclusivement.

Localisez les lieux incontournables de Paris accessibles en métro et découvrez la richesse du patrimoine RATP.

Commencez la visite
{{selectedItem.value}}
Le service de recherche d'itinéraires est indisponible pour le moment.
Indiquez une adresse ou un lieu à Paris
{{firstStep.stationName}}
{{lastStep.stationName}}
{{duration}} min
{{step.stationName}}
Direction {{step.directionName}}

{{duration}} min Itinéraire en métro simplifié sans prise en compte des perturbations

{{data.getDestinationPlace().title}}
{{data.getDestinationPlace().subtitle}}
{{unParisize(selectedItem.value)}}
Trouver l'itinéraire en Métro

metro.paris

{{data.getSelectedRootTheme().title}}
{{data.getSelectedRootTheme().date}}
En savoir plus

Station Arts et Métiers

Le Nautilus

Cette station inspirée de l’univers de Jules Verne vous embarque dans un monde parallèle: celui de l’artiste François Schuiten.

On se croirait dans un sous-marin, au cœur d’une machinerie mystérieuse venue d’un lointain passé, ou d’un futur indéterminé. Aménagée sur les quais de la ligne 11 en 1994 pour célébrer le bicentenaire du Conservatoire national des arts et métiers, cette station unique en son genre a été réalisée selon les dessins de l’artiste belge François Schuiten, auteur avec Benoît Peeters de la célèbre série des Cités obscures (Casterman). 

[gallery]

Composé de 800 plaques de cuivre fixées par des rivets, le revêtement mural évoque le Nautilus inventé par Jules Verne, qui apparaît dans son roman 20 000 lieues sous les mers (1869), puis dans L’île mystérieuse (1874). L’ensemble du mobilier, des plaques de station aux poubelles, en passant par les sièges, a été créé spécialement pour la station. Les engrenages, poulies et rouages accrochés à la voûte donnent l’illusion que les machines du Musée des arts et métiers descendent sur les voies. Le long des quais, onze hublots sertis de laiton présentent des micromondes où sont exposées des maquettes de machines anciennes et modernes renvoyant aux collections du musée : le convertisseur Thomas, inventé en 1877 pour la fabrication de l’acier, la roue hydraulique, ou encore le satellite Intelsat. 
On dit aussi que certains soirs, on peut croiser le Capitaine Nemo qui cherche, dans la station, à reprendre les commandes de son Nautilus… Attention au départ !

François Schuiten

Né en 1956 à Bruxelles, François Schuiten est à la fois dessinateur de bande dessinée et scénographe. Il publie sa première histoire à 16 ans dans le journal Pilote, puis, à partir de 1977, avec son frère aîné Luc Schuiten, ses premiers récits dans Métal hurlant : Aux Médianes de Cymbiola en 1977, puis Le Rail, qui le prédestinait à travailler pour le métro, en 1981. C’est aussi en 1981 qu’il commence sa collaboration avec le scénariste Benoît Peeters, avec la publication dans la revue A Suivre du premier des neuf tomes de la saga des Cités obscures, Les Murailles de Samaris, fortement inspiré par l’Art nouveau. La série a reçu de nombreux prix, dont en 2013 le grand prix manga au Japan Média Arts Festival. 

François Schuiten est aussi l’auteur de nombreuses scénographies, dont le monumental Pavillon des utopies qui a accueilli 5 millions de visiteurs à l’Exposition universelle de Hanovre en 2000. 
On lui doit enfin des scénographies et aménagements urbains : station de métro Porte de Hal à Bruxelles et Arts et Métiers à Paris, Maison de Jules Verne à Amiens, ou encore la Maison Autrique, conçue par le grand architecte de l’Art nouveau Victor Horta en 1893, qui accueille aujourd’hui des expositions.

Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi